Faune et voies rapides – CNRS


LE CONTEXTE :

Malgré la pose de clôtures autour de la majeure partie des voies rapides alsaciennes, de nombreuses collisions entre des véhicules et la faune sont observées. Ces collisions engendrent des frais importants pour les assurances et l’Etat, un risque d’accident parfois mortel pour les usagers et peut avoir des effets négatifs sur la viabilité des populations d’espèces animales concernés. De plus, la pose systématique de clôtures, dans le cas où celles-ci sont infranchissables par la faune, accentue l’effet de fragmentation des milieux naturels, diminuant ainsi les capacités des espèces à se disperser pour se reproduire ou tout simplement, pour se nourrir.

Dans ce cadre, le MNHN (Museum National d’Histoire Naturelle) a lancé un protocole de suivi de ces collisions, en partenariat avec les services des routes, afin de mettre en évidence les facteurs explicatifs et ainsi de recommander de nouvelles approches pour le design des routes. Ce protocole collaboratif consiste en la remontée des observations de collisions avec la faune, directement par les techniciens des routes.

Au sein du CNRS (Centre National de Recherche Scientifique) de Strasbourg et dans le cadre de la thèse de Jonathan Jumeau (http://www.iphc.cnrs.fr/Theses-en-cours-DEPE.html), Valentin Pommier a pu analyser et interpréter les données récoltées depuis 3 ans. La première étape a été de vérifier la fiabilité du protocole d’acquisition. Par la suite et afin d’améliorer ce protocole, des propositions de modifications ont été proposées et acceptées, notamment en simplifiant le système et en intégrant les experts naturalistes locaux dans la gestion et le traitement des données.

LE CONTENU DE LA MISSION :

  • Cartographie des caractéristiques environnementales (habitats adjacents, distance à la route…) et techniques (topographie des bords de routes, nombre de voies, type de glissière…)des routes
  • Analyse spatiale des secteurs routiers et des facteurs accidentogènes entre les véhicules et la faune ;
  • Proposition d’un modèle prédictif des collisions véhicule-faune ;
  • Amélioration d’un dispositif de suivi multi-partenarial et collaboratif des collisions ;
  • Suivi et analyse de l’efficacité de passages à faune via des pièges photographiques.